• Jeune mariée

    Jeune mariée

  • Timia ancien village

  • Timia 2012

    Timia 2012

  • A la cascade

    • Album : Tamalagha
      <b>DSCF8370</b> <br />
  • Tassalwat

  • Mon calendrier

    décembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « nov   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • TANIMERT NAWAN

  • MERCI DE DEPOSER UN MESSAGE ICI

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Oh mon Dieu(Tinariwen)

    Oh mon Dieu, vous êtes malheureux
    Vous avez mal à l’âme
    Et le corps malade
    Vous ne devriez pas accepter cet état
    Vous devriez changer
    Vous devriez bouger
    Avant d’en être là
    Oh mon Dieu
    Concentrez-vous sur votre vie
    Soyez sincère et regardez votre mal
    C’est la souffrance de votre sœur
    Celle des enfants qui naissent
    Celle des vieux

  • PROVERBES TOUAREGS

    -Quand on commence par le dialogue on aboutit à une solution

    - Repousse l'obscurité et déplace toi librement dans la lumière

    - Si Dieu est pour nous qui sera contre nous

    - On entend le fracas des arbres qui tombent, mais pas le murmure de la forêt qui pousse

    - Au bout de la patience il y a le ciel

    - Il n'y a pas qu'un jour, demain aussi le soleil brillera

    - Le monde est du côté de celui qui est debout

    - Un peuple sans culture, c'est comme un homme sans paroles

    - Tourne ton visage vers le soleil ainsi l'ombre restera-t-elle derrière toi

    - Se cacher dans la parole ? Mieux vaut se cacher dans le silence

    - Ton ami d'aujourd'hui sera ton ami dans l'au-delà

    - La bouche a un verrou qui est le silence

    - Mieux vaut passer la nuit avec la colère que de se réveiller avec la haine

    - L'arbre du silence porte les fruits de la paix

    - Il faut creuser les puits aujourd'hui pour étancher les soifs de demain

    - La culture est plus qu'un avoir elle est un être

    - Il vaut mieux se lever sans savoir où l'on va que rester assis sans rien faire …

    - Qu'importe si le chemin est long, du moment qu'au bout il y a un puits

    - Voyager, c'est aller de soi à soi en passant par les autres

Caractéristiques socio économiques

Posté par Ousmane Alghoubas le 22 décembre 2010

Jeune fille de Timia  La commune de Timia, compte tenue de son étendue a été subdivisée en quatre sous zones par le conseil communal en tenant compte des critères de rapprochement des villages et campements, sur la cohésion sociale et les caractéristiques agro écologiques des sous zones. Ce zonage se présente comme suit : deux sous zones pastorales occupants les parties extrêmes Est et Ouest de
la Commune et deux sous zones agropastorales au centre de la commune. Les chefs lieux des ces sous zones sont : 

-          Naballow : sous zone Est (sous zone pastorale) ;

 -          Timia : sous zone centre Est (sous zone agropastorale) ; 

-          Tefarawt : sous zone centre Ouest (sous zone agropastorale) ; 

-          Tewat : sous zone Ouest (sous zone pastorale). 

La population de la commune n’est pas uniformément repartie au niveau des sous zones ; 69% de l’effectif vit dans les sous zone agropastorale avec un fort taux de sédentarisation dû aux pratiques maraîchères et  31% en sous zones pastorales avec un faible taux de sédentarisation dû à la mobilité des éleveurs. 

Sur la base des données du diagnostic par sous zone en 2006, la population de la commune est estimée  à 19192 habitants repartis dans 3 496 familles (ménages). L’extrapolation de cette population à travers la taux de croît du département d’Arlit (2,8%) dont relève la commune est estimée à 22575 hbts en 2010. La répartition de la population par sous zone et par tranche d’âge est consignée dans le tableau suivant : 

Mouvements migratoires 

Les mouvements migratoires sont limités à l’exode rural qui est très développé  dans la commune rurale de Timia. Chaque ménage un  nombre important des jeunes partent vers les pays limitrophes (Nigéria, Libye, Algérie) à la recherche d’emploi pour le bien être familial. 

La situation des secteurs sociaux 

 Education 

Sur le plan scolaire, le diagnostic participatif a révélé que la commune dispose  actuellement de 13 écoles primaires traditionnelles,1 collège d’enseignement général nouvellement créé, une école maternelle, et deux (2) écoles franco-arabes. 

Du point de vue infrastructures, ces écoles totalisent 49 classes dont 45 en dur, 3 en semi dur et 1 en banco. 

Les effectifs au niveau de ces écoles se chiffrent à la rentrée 2009-2010 à 808 élèves dont 40% des filles et 60% garçons. Le Taux Brut de Scolarisation (TBS) au niveau de la commune en 2009, est de 35,71%. 

Pour l’encadrement de ces écoles l’effectif des enseignants disponibles à la rentrée 2009-2010 se chiffre à 38 enseignants toutes catégories confondues soit un ratio d’un enseignant pour 21 élèves. 76% des enseignants sont des contractuels et 14% seulement sont des enseignants titulaires. 

Au niveau secondaire cet effectif est de 138 élèves pour 10 professeurs soit un ratio moyen de 14 élèves par professeur. 

Sur le plan éduction non formelle la commune compte actuellement 7 centres d’alphabétisation des adultes.                                                        

Santé 

Sur le plan sanitaire, la commune rurale de Timia dispose de 3 CSI de type I (Abarakane, Tefarawt et Tewat), de 1 CSI de type I (Timia) et d’une maternité (Timia). Elle dispose également de 10 cases de santé dont en chantier et 5 fonctionnelles. Les structures de gestion au niveau communale sont les COGES. 

En termes du personnel, la commune n’a pas de médecin; les CSI disposent de 6 infirmiers  et de 2 sages femmes ; quant aux cases fonctionnelles, elles disposent chacune d’un agent de santé communautaire. La superficie des aires de santé des différentes formations sanitaires de la commune se chiffre à 20000 km2 pour une population couverte estimée à 19 984 hbts. Les pathologies les plus fréquentes dans la commune rurale de Timia pour la période 2006-2008 sont : les affections respiratoires, les ORL, les affections diarrhéiques, dermatologiques,  ophtalmologiques, digestives, bucco-dentaires, gynécologiques, les traumatismes (blessures, plaies+brûlures) et le paludisme.   

Sur le plan pharmaceutique, la commune ne dispose pas de pharmacie populaire, mais des dépôts assurent la disponibilité des médicaments au niveau des centres médicaux. 

Le taux de couverture sanitaire de la commune est de 72 % en 2009. 

Sur le plan hygiène et assainissement, la situation de la commune en général laisse à désirer et est plus  critique au niveau des gros villages en particulier le chef lieu. Aucun système d’assainissement, ou d’évacuation des eaux n’existe. L’habitat est de type traditionnel, avec des constructions faites sans tenir compte de certaines normes  et sans aucun plan d’urbanisation. 

Hydraulique 

En matière d’infrastructures hydrauliques,
la Commune ne  dispose ni de mini adduction d’eau potable, ni d’adduction d’eau potable (AEP) ou forages. Les seules infrastructures hydrauliques disponibles sont 129 puits toute catégorie dont 22 puits villageois, 90 puits pastoraux en matériaux définitifs et 17 traditionnels. Parmi les puits villageois, 18 puits villageois sont équipés en pompes à motricité humaine. La gestion communautaire de ces ouvrages est assurée pour la plupart par des comités de gestion des points d’eau. 
Ces infrastructures assurent aux populations de la commune une couverture en eau de 14% en zone pastorale et 66,90% dans les villages. 

Les activités économiques 

 Le maraîchage 

La culture irriguée est l’activité principale des populations de la commune rurale de Timia.L’irrigation est du type gravitaire utilisant un animal d’exhaure dressé à cet effet ou une motopompe. Le niveau statique de la nappe varie de 7 m à 20 m selon les sous zones. Les besoins en eau sont de plus en plus grandissants à cause du poids démographique de la population, de l’augmentation des exploitations et des superficies cultivées. La mise en œuvre des techniques de maîtrise de l’eau et de son utilisation rationnelle s’avèrent nécessaires à entreprendre au niveau  de la commune. 

Pour les terres, les exploitants mettent en valeur les terres marginales situées de part et d’autre du lit mineur des koris (réseaux hydrographiques). Les sols sont de type alluvial sablo-limoneux ou limono-argileux. Les principaux modes d’accès à la terre sont : l’héritage, l’achat, le prêt et la location. Les outils les plus fréquemment utilisés sont rudimentaires (la houe ou la daba). 

La mise en valeur des  exploitations se fait tout le long de l’année et les spéculations sont entre autres : les cultures céréalières (maïs, blé, orge), les cultures fruitières (dattiers, agrumes, vignes, etc …) et les cultures légumières (laitues, choux, carottes,  oignon, tomate,  aïl,  etc…). 

Elevage 

L’élevage constitue la seconde activité de la population de la commune de Timia. C’est un élevage de type extensif. Les espèces animales d’élevage dans la commune sont les caprins, les ovins, les asins, les camelins et quelques bovins. L’élevage des petits ruminants (caprins) prédomine car ils résistent mieux aux aléas climatiques et est pratiqué surtout par les femmes communément appelées bergères. La réactualisation de l’effectif du cheptel de 2006 qui se chiffrait à 47 750 têtes soit 14 792 UBT par application du taux de croît pour chaque espèce donne pour la commune, un effectif de 31784 têtes soit 16333 UBT en 2010.(Taux de croît /espèce : camelin= 1,5%; Bovin= 6 %; Asin= 2%; Ovin= 3,5 %; Caprins= 4 %; Equins=1UBT, Taux de conversion en UBT : camelin= 1 UBT; Bovin= 0,8 UBT; Asin= 0,5 UBT; Ovin= 0,15 UBT; Caprins= 0,15). 

Les zones de pâturage sont les plaines, les vallées, les flancs des montagnes dont les pâturages sont constituées des espèces ligneuses (Acacia sp, salvadora persica, Maerua crassifolia…) et herbacées (Schouwia thebeica, Panicum turgidum, etc.). 

Les épizooties dont fréquentes sont : la pasteurellose, le charbon bactéridien et symptomatique, la clavelée/variole, la pleuro pneumonie et les diarrhées. A ces maladies pseudo telluriques s’ajoute le parasitisme interne et externe, et les effets néfastes de l’ingestion des chenilles provoquant de nombreux avortements chez les femelles surtout camélines. 

Malgré cette situation sanitaire préoccupante pour les nombreuses maladies, la commune ne dispose d’aucune structure d’encadrement et de prestation vétérinaires.    

Artisanat 

Longtemps considéré comme une activité réservée aux forgerons (inadan en Tamasheq), l’artisanat a beaucoup évolué avec l’avènement du tourisme pour toucher bon nombre d’autres catégories sociales. C’est pourquoi on préfère aujourd’hui le terme d’inamajalan (artisan) à celui d’inadan. 

Ainsi des hommes et des femmes s’y sont intéressées qui pour fabriquer les articles au niveau des foyers artisanaux crées, qui pour les acheter auprès des fabricants afin de les revendre parfois même en Europe pour tirer profit. Les produits artisanaux de la commune proviennent de la vannerie, de la sparterie et de la maroquinerie

Commerce 

Sur le territoire de la commune, les activités commerciales se limite au petit commerce à travers la vente des produits de première nécessité (céréales, thé, sucre ; huile…). Cette activité est assurée par un nombre assez important des boutiquiers, quelques vendeurs ambulants, étalagistes. Il existe aussi des points de vente de bois mais au stade informel. 

Pour le bétail, on peut noter l’existence de quelques petites transactions avec les bouchers de la place. La commune ne dispose pas de marché. Les échanges commerciaux se déroulent surtout avec les marchés d’Agadez, d’Arlit et de Tabelot.. 

Tourisme et Hôtellerie 

La commune rurale de Timia reste et demeure pour beaucoup d’agences de voyage le point de passage des excursions touristiques. En plus d’importants vestiges et gravures rupestres, il existe aussi une gamme d’espèces d’animaux rares tels que l’outarde, la gazelle, le mouflon, etc.   

Cette attirance touristique pour la zone favorise le développement des activités artisanales et l’émergence de nombreuses infrastructures touristiques. Parmi ces infrastructures, la commune dispose, au niveau de son chef lieu, de deux auberges (Auberge Taguelmoust, Auberge de Timia) et de trois campings dont l’un se trouve au village d’Abarakane. 

 Caractéristiques institutionnelles 

 Les performances de la commune 

  Le conseil municipal

Le premier conseil municipal de la commune a été installé en 2004 avec l’élection du maire. Le conseil municipal est constitué de 11 membres élus dont deux (2) femmes et un (1) membre de droit (le chef du village de Timia).  L’exécutif est assuré par le maire et ses deux adjoints. 

Le conseil a installé trois commissions spécialisées à savoir : 

-          la commission affaires économiques et financières ; 

-          la commission du développement rural, de l’environnement, du tourisme et de l’artisanat ; -          la commission des affaires sociales, culturelles, institutionnelles et de coopération. 

  Le personnel : 

Le personnel de la commune se compose d’un secrétaire général, d’un agent d’Etat civil (temporaire), d’un receveur municipal partagé avec la commune d’Iférouane. Les collecteurs de taxes de marché et les chefs des villages collecteurs d’impôts sont également considérés comme auxiliaires de l’administration communale et jouent un rôle important dans la mobilisation des ressources financières internes de la commune. La mairie dispose aussi d’un chauffeur. 

 Le budget : 

La commune dispose d’un budget qui est arrêté et adopté chaque année par le conseil municipal. Ce budget se compose de 55% en fonctionnement et 45% en investissement. 

En outre, la commune possède un véhicule et un bureau. Les sessions ordinaires sont tenues régulièrement avec un taux variant suivant les années entre 72 à 90%. 

 

Laisser un commentaire

 

RESSOURCES DOCUMENTAIRES |
dracus |
medievaltrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FJR65
| LOTFI - Un rebeu parmi tant...
| VA OU TON COEUR TE PORTE......